Doria Tillier, nouvelle miss météo de Canal + : le coup de foudre !

Une nouvelle miss météo sur Canal+, ça crée toujours le buzz, et cette fois-ci l’objet de tous les regards est Mademoiselle Doria Tillier, une comédienne aussi jolie qu’à l’aise sur le plateau de télé

Pour faire la jonction entre le temps des vacances et celui des retrouvailles avec l’open space bruyant partagé par des collègues ronchons, Canal+ nous a proposé de découvrir en clair la nouvelle miss météo. Un coup de chaud dans les chaumières.

Sur les traces de Monica Bellucci

Doria Tillier nous a concocté une imitation, ou plutôt une adaptation, de Monica Bellucci pour nous présenter une météo qui a laissé Mélanchon tout chose. Rarement nous avons vu celui-ci retrouver toute la candeur de son enfance, des flash fugaces de désir et de concupiscence lui balayant par deux fois le visage.

La dame est on ne peut plus séduisante, et pas seulement par son physique agréable à l’œil que par la distinction qu’elle a su mettre dans le premier personnage incarné. À l’aise dès les premiers instants, elle a déroulé son sketch avec la présence consommée d’une star habituée des plateaux. Le culot de la belle fait plaisir à voir.

Sans singer Monica, elle a fleuri son discours de ces petites fautes de français à l’italienne qui ont pris naissance dans sa bouche boudeuse. On aurait pu s’attendre à être agacé mais le boulot a été bien fait, et on reste attentif jusqu’au bout du spectacle, qui s’avère être l’attraction de l’émission, malgré les débuts à poil de Daphné Bürki. Sans commentaire, cette fois-ci. En terme de happening je veux bien, mais ça ne volait pas bien haut.

Un belle plante, arrosée par les pluies de sa météo…

Revenons à notre Doria Tillier qu’on dévore des yeux et qui est bien plus attirante habillée comme elle l’est que nue comme elle aurait pu le prétendre avec sa plastique qu’on devine avantageuse. En fait la plastique n’est pas que suggérée puisque le balcon est manifestement décoré pour les jours de fête. Et devant son poste de télévision, on est avec la jeune présentatrice, en toute intimité, avec les millions de téléspectateurs qui pensent comme moi.


Le danger d’une entrée aussi fracassante est qu’il va falloir viser encore plus haut, jouer d’autres rôles qui vont dénaturer le mythe naissant, car la nymphe a frappé un grand coup, dépoussiérant un exercice suranné et devenu ringard tant il fallait en mettre des kilos pour entretenir sa crédibilité. S’il vous plaît, chère demoiselle, pensez à donner vie encore au rêve de nuages, de pluies et de tempêtes devenu soudain incontournable. La saison qui arrive s’y prêtera sans nul doute avec les premiers froids automnaux qu’un été indien ne manquera pas de retarder le plus longtemps possible sous le regard velouté de Doria.

Encore…

Michel Denisot a eu le nez creux, même s’il faut attendre, dans la durée, de voir ce qu’il adviendra de la gymnastique d’un soir de sa présentatrice météo. Mademoiselle Tillier pourrait être dans la droite ligne d’une Miss Bourgoin.

Et finalement, c’est avec impatience que ma grenouille et moi, nous attendrons le début de soirée pour grimper à l’échelle et apprécier l’instant fugace, tendus à l’extrême, roses de plaisir, verts de jalousie de ne pouvoir coasser avec les invités du plateau. Doria, rendez-vous à ce soir, puis à demain et ainsi de suite…