Facebook, une passoire ouverte au porno ?

On apprend que Facebook vient de faire l’objet de spams pornographiques. Fichtre, bigre et moi qui croyais qu’on était en sûreté dans la propriété hyper protégée de Mark Zukerberg.

Mes infos candides vont-elles côtoyer des images répréhensibles ?

Je suis du genre à soigner le contenu de mes publications, à faire en sorte que mon compte Facebook ne soit qu’une passerelle vers ce que j’aime, et ceux que j’aime… maintenant, comme Sony il y a peu, ou le Pentagone en son temps, le super réseau social transpire de l’extérieur. Et moi de me demander si mes données, supposées être protégées, résisteront longtemps à la formidable inventivité des hackers.

Et les enfants ?

En fait, je ne suis pas trop inquiet pour moi, mais tous ces enfants de moins de 13 ans, qui sont sur FB par effraction « légale », vont-ils trouver sur leur terrain de jeu favori de jolis images qui les changeront de celles collectionnées à l’école ? Il est vrai qu’il suffit de taper un mot interdit sur Google pour avoir accès à un échantillon explosif de fesses et de sexes impudiques, mais quand même !

Et la pornographie ?

La pornographie vient de se voir délivrer ses lettres de noblesse : apparaître dans le « sein des seins » des réseaux sociaux. Plus besoin de carte bleue pour avoir accès au stupre… n’exagérons point, mais en tout cas, une libéralisation forcée de la lisibilité du sexe sur le net…

Coup de pub ou coup bas ?

Facebook va se sortir de ce faux pas avec un mal de crâne carabiné, mais un buzz supplémentaire n’est pas pour déplaire à Zukerberg qui vient de trouver un appui de poids dans sa communication : on peut se dire que ça s’appelle avoir du c..

Image par défaut
Pascaga
Publications: 5