UMP, parti usé, cramé par Sarkozy, à la traîne, copie sur le PS !

Le PS a magnifiquement innové en mettant en place les primaires citoyennes « populaires ». De plus, les débats ont été de pures merveilles de mise en scène et de réussite d’audience, au point de voir les doux sarcasmes de la droite se transforment en légers rictus puis en affres fiévreux… Et aujourd’hui on parle d’un show télévisé à la sauce UMP pour profiter de la manne people. C’est de bonne guerre, mais la droite est-elle acculée au fond du bois pour avoir besoin du pouvoir, de l’image, et d’une opposition brillante ?

Nous sommes-là en présence de la réaction épidermique d’un pouvoir exsangue, au bout des ficelles de séduction, qui s’est vue déborder par la gauche alors qu’elle surveillait sa droite ! Quelle cruelle désillusion que de voir ces deux fringants socialistes se payer une tranche de prime devant 6 millions de français qui découvrent la richesse des débats à gauche. De plus, parité absolue, un homme, une femme, chabadabada… un ancien et une ex-récente secrétaire du parti. Que rêver de mieux pour une fête sur la Deux, à deux. Ils paraissent si jeunes, dans leurs soixantaine tutoyée, et relèguent leur cadet de président de la République à un rôle de vieux de la vieille, usé, à bout de souffle.

C’est là que la droite a cette idée géniale, un débat à la télévision. Quelle trouvaille ! On peut imaginer une seule différence : cela se passera chez le copain Bouygues sur TF1, avec comme animateur le sympathique Jean-Pierre Pernaud, devant un panel de français bon teint, triés sur le volet. Le feront-ils aussi intimiste, ou alors se risqueront-ils à la grande émission de variétés, avec en invités d’honneur Maritie et Gilbert Carpentier ? Parce que souvenons-nous, la droite n’a pas, comme ami un Yannick Noah, mais Mireille Matthieu ou Enrico Macias : que du lourd, du très lourd, à la limite du lourdingue, même ! Faut bien que ça suive avec la Rollex… Si on avait annoncé ce qui se passe à François Mitterrand, il aurait eu un fou rire inextinguible, à la limite du supportable : la droite jalouse de la gauche, qui copie ses recettes, lui qui était entré en Présidence avec la même dignité que ses prédécesseurs illustres.

Alors, Nicolas Sarkozy, qui attend tout de même de savoir qui sera son adversaire annoncé, espérant probablement tomber sur François Hollande qui, brillant communiquant à la télé n’en a pas oublié d’être creux. Pourvu que les français ne se rendent pas compte que la Martine lui ferait bien des misères avec ses dossiers bien ficelés et sa pugnacité affinée en terre du Nord. En attendant, le petit show de ses amis UMP se prépare, pour donner une petite dominante bleue à un automne qui a commencé sous les couleurs rougeoyante du Parti Socialiste. L’UMP, parti usé, cramé par Sarkozy, complétement à la traîne qui doit se résoudre à copier sur le PS…

Image par défaut
Philippe Szykulla
Publications: 180